MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

En partenariat avec : la Maison du Théâtre

Les stéréotypes du féminin et du masculin sont partout. Les normes sociales font de vous, aux yeux des autres, un vrai homme ou une vraie femme, sans que l’on observe aujourd’hui de tendance à une sexualisation moins marquée, au contraire. Ces différences ne sont pas systématiquement perçues comme des inégalités. Elles sont justifiées par des croyances en des distinctions essentielles entre femmes et hommes, renvoyées à la nature, ou, avec la notion de genre, à la culture. Un ensemble de discours psychologisants, de normes et de symboles les étayent, avec des conséquences multiformes sur les rôles assignés à chacun et chacune. Mais alors que la notion de genre a été promue par les sociologues pour révéler les rapports de domination, l’invoquer à tout propos, qu’il s’agisse de féminiser la langue ou de prôner la parité, instille l’idée que femmes et hommes sont toujours, partout et avant tout, non des personnes uniques mais des prototypes de leur groupe de sexe. Tyrannisés par le genre en quelque sorte !

En présence de

Modérateur :

LC

Laurence Cornu-Bernot

professeure des Universités, directrice du département des Sciences de l’éducation et de la formation de l’Université François Rabelais de Tours, co-directrice de l’Equipe émergente Education, Ethique, Santé (Agir ensemble et prendre soin).

Bibliographie :