MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

« Les uns font accroire au monde qu’ils croient ce qu’ils ne croient pas. Les autres, en plus grand nombre, se le font accroire à eux-mêmes, ne sachant pas pénétrer que c’est que croire » écrivait Montaigne dans son Apologie de Raymond Sebond (Essais, II, chap. XII, p. 419). Aujourd’hui, nous ne savons plus du tout ce que veux dire croire, tant nous craignons d’être les dupes de nos croyances ; nous ne savons pas même ce que c’est que ce savoir qui pour nous, modernes, est devenu religion. Ne faut-il pas distinguer entre plusieurs formes de croyance ? Peut-être est-il nécessaire d’enraciner à nouveau la croyance au plus profond de la vie de la personne si nous voulons qu’elle échappe à notre volonté de savoir et prenne une dimension positive.

En présence de

Camille Riquier

maître de conférences en philosophie à l’Institut catholique de Paris, corédacteur des Annales bergsoniennes

Bibliographie :

Modérateur :

Adèle Van Reeth

philosophe, productrice de l'émission les Chemins de la philosophie