MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Citéphilo au temps du COVID

Réservations obligatoires

La situation sanitaire impose que le public réserve ses places pour assister aux rencontres de Citéphilo. Vous pourrez le faire via le bouton Réservation ci-dessous.
Pour des questions d'organisation, si vous ne pouvez pas assister à une séance que vous avez réservée, nous vous serions reconnaissants d'annuler votre réservation.
Vous pourrez le faire à l'aide du bouton Annulation en bas du module réservation.

Réservation

Règles d'accueil 

Compte tenu des contraintes imposées cette année (sortie du public et aération des salles entre deux rencontres), il est nécessaire que vous vous présentiez au plus tard 10 minutes avant le début d'une rencontre, afin d'éviter que votre place ne soit remise à une personne sur liste d'attente.
Les portes seront ouvertes 30 minutes avant le début de la séance.
Le port du masque est obligatoire pendant les séances.

Programme papier : Modifications de certains horaires

Certains horaires que vous trouvez dans le programme papier ont été modifiés du fait du couvre-feu.

Ce site vous donne le programme mis à jour en temps réel.

Agenda

Rencontres dans les établissements scolaires

En conséquence de la situation sanitaire, la possibilité d'assister aux rencontres dans les établissements scolaires est soumise à leur acceptation. Vous ne pouvez donc pas réserver vos billets sur le site de Citéphilo. Nous vous invitons à prendre contact avec ces établissements.

En rupture avec ‘’l’école caserne’’ des années 50 et 60, Fernand Oury (1920 – 1998) s’inscrit d’abord dans les pas de Célestin Freinet et de la classe coopérative. En correspondance permanente avec son frère, Jean Oury, il jette les bases de la pédagogie institutionnelle. Cette pratique exigeante repose sur les ‘’institutions ‘’ de la classe que sont les ateliers, les groupes, les conseils. Dressée contre la sclérose éducative et contre l’exclusion des plus ‘’faibles’’, cette pédagogie est tout sauf laxiste ou ‘’spontanéiste’’. Aux enseignants en difficulté dans leur classe, Fernand Oury proposait de changer de métier, ou alors de changer LE métier. Les auteurs de cette riche biographie défendent et illustrent une pratique qui, à leurs yeux, représente la tentative la plus aboutie pour libérer maîtres et élèves, dans la visée du savoir, de leurs communes aliénations. A rebours, bien entendu, du culte de l’excellence appréciée au regard de la carrière qu’elle promet. Joëlle Oury– Benevent, fille de Fernand Oury, était interne en psychiatrie dans l’hôpital même où Daniel H, interné, conçut avec Lucien Bonnafé une exposition de photographies et de maquettes qui dénoncent la précarité et les conditions humiliantes de l’internement.

En présence de

Modérateur :