MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Citéphilo au temps du COVID

Réservations obligatoires

La situation sanitaire impose que le public réserve ses places pour assister aux rencontres de Citéphilo. Vous pourrez le faire via le bouton Réservation ci-dessous.
Pour des questions d'organisation, si vous ne pouvez pas assister à une séance que vous avez réservée, nous vous serions reconnaissants d'annuler votre réservation.
Vous pourrez le faire à l'aide du bouton Annulation en bas du module réservation.

Réservation

Règles d'accueil 

Compte tenu des contraintes imposées cette année (sortie du public et aération des salles entre deux rencontres), il est nécessaire que vous vous présentiez au plus tard 10 minutes avant le début d'une rencontre, afin d'éviter que votre place ne soit remise à une personne sur liste d'attente.
Les portes seront ouvertes 30 minutes avant le début de la séance.
Le port du masque est obligatoire pendant les séances.

Programme papier : Modifications de certains horaires

Certains horaires que vous trouvez dans le programme papier ont été modifiés du fait du couvre-feu.

Ce site vous donne le programme mis à jour en temps réel.

Agenda

Rencontres dans les établissements scolaires

En conséquence de la situation sanitaire, la possibilité d'assister aux rencontres dans les établissements scolaires est soumise à leur acceptation. Vous ne pouvez donc pas réserver vos billets sur le site de Citéphilo. Nous vous invitons à prendre contact avec ces établissements.

En partenariat avec : l'Université pour tous de l'Artois

Essayiste, orateur, mémorialiste, De Gaulle fut à la fois un homme du verbe et de l’action. Chez lui, littérature, histoire, politique, forment un tout, où l’éternel et le temporel se rejoignent… Nourri de culture gréco-latine, des moralistes français, des mémorialistes, il vécut toujours la plume à la main. Ses discours sont des condensés de Salluste autant que d’Anatole France, avec une touche de grandiloquence. De Gaulle écrivain, c’est l’effort d’un homme à ne pas consentir au laisser aller, à l’insignifiance, aurait dit Castoriadis, c’est la volonté de s’efforcer de penser contre soi-même. C’est l’idée de ne pas consentir à toutes les demandes venues de la société, tout en accordant son crédit à la souveraineté populaire. C’est le souci de donner toute sa place à l’administration locale dans une époque « où l’économie décide de tout ». C’est la volonté durant les Trente Glorieuses de remédier au « malaise des âmes », résultant « d’une civilisation où domine la matière ».

    En présence de

    Modérateur :