MENU
Citéphilo - Hauts-de-France

Après avoir appris à lire d’un œil neuf les classiques du marxisme, avec Louis Althusser à l’Ecole Normale Supérieure, et à voir le réel avec les cinéastes de la Nouvelle Vague (années 60), Jacques Rancière s’est donné pour tâche de chercher les archives négligées de ce qui s’était construit sous le nom de ‘’mouvement ouvrier’’ : un prodigieux foisonnement d’autodidactes et de poètes, de femmes, d’artisans, d’ouvriers. Telle était la raison d’être de la revue Les Révoltes Logiques, à laquelle collabora Geneviève Fraisse. Il n’y a pas de chemin ‘’naturel’’ qui irait de l’exploitation des ouvriers à leur émancipation, via une ‘’prise de conscience’’ que des donneurs de sens (ou de leçons), leur apporteraient de l’extérieur. Le mot d’ordre du XIXe siècle, "l’association", rassemblait la « communauté des affranchis » : il y a une jouissance de l’émancipation personnelle et, simultanément, une résonnance en soi de la douleur des autres. Ces recherches ont produit, notamment, Le Maître Ignorant (1985) où Jacques Rancière jeta les bases d’une pensée nouvelle de l’égalité, à rebours de l’élitisme républicain, du mérite de quelques-uns qui se paie de l’exclusion de beaucoup d’autres.

En présence de

Geneviève Fraisse

philosophe, directrice de recherches émérite au CNRS

Bibliographie :

Plus d'infos

Modérateur :