MENU
Citéphilo - Hauts-de-France

En partenariat avec : le Festival des Solidarités internationales et le Mois du film documentaire

17h15 > 18h30 : Projection du film Romani Street View, d’Olivier Pagani (France, 75’, couleur, 2015) Romani Street View raconte le voyage de six familles et les 3 000 km qui séparent leur village de Roumanie de l’école primaire de Mons-en-Barœul, près de Lille. Distance virtuellement abolie par l’usage, initié par le maître d’école, de Google Street. Outre la fabrique du film elle-même, cette application va servir de vecteur pédagogique à Olivier Pagani, réalisateur de films, adepte de l’héritage de Célestin Freinet et professeur des écoles pour enfants dont le français n’est pas la langue maternelle, pour mobiliser ses élèves et aussi rencontrer, hors de l’école, leurs parents. « Ces familles, qu’on imagine toujours sur les routes, nous parlent de la seule chose qui les anime vraiment : pouvoir un jour pointer un petit carré sur la carte et dire “c’est ma maison” ». 18h45 > 20h15 : Projection du film Révolution école, 1918-1939, film de Joanna Grudzinska (France, 2016, 1h25’, couleur et N&B) Au lendemain de la première guerre mondiale, dans une Europe traumatisée, des pédagogues pensent qu'un monde sans violence est possible, qu’il est de réformer en profondeur l’éducation pour construire la paix, de transformer les fabriques de la soumission (et de « braves soldats ») en écoles pour des individus libres. En France, en Autriche, au Royaume-Uni, en Pologne, en URSS, en Italie, des personnalités comme Maria Montessori (en Italie), Célestin Freinet (en France), Ovide Decroly (en Belgique) ou Alexander Neill (en Ecosse) vont profondément changer la pensée de l’éducation, en plaçant l’enfant au cœur de l’enseignement : autonomie, mixité, apprentissage par les sens, contact avec la nature sont au cœur de leurs préoccupations. À contre-courant des sociétés blessées et sclérosées qui sont les leurs, ils tentent, par tous les moyens, d’inventer une autre école. Un pédagogue suisse, Adolphe Ferrière, les réunit au sein d’un mouvement dont il sera le centre névralgique : la Ligue Internationale de l’Education Nouvelle, créée sur le modèle de la Société des Nations. Vingt ans plus tard, alors que les débats agités de la Ligue se muent en véritable scission entre les pragmatiques et les idéalistes, la montée des fascismes vient faire échouer les alliances et sceller les destins individuels : le rêve s’écroule, à l’orée d’une nouvelle guerre.

    Modérateur :

    JL

    Jacques Lemière

    membre du CLERSE UMR 8019 CNRS, Institut de sociologie et anthropologie, Université de Lille, responsable pour l'art du cinéma à Citéphilo

    Plus d'infos