MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Dans nos pays, la religion est séparée de la politique et le droit ne reconnaît pas l'accusation de blasphème, l'insulte faite à Dieu. Or, pendant les années 1960 à 1990, en France, en Grande-Bretagne et aux USA, des groupes chrétiens (parfois des Eglises) ont voulu censurer des films sous prétexte qu'ils portaient atteinte aux « sensibilités religieuses blessées ». Jeanne Favret-Saada a enquêté sur la façon dont cette expression a été mise en circulation à propos de quatre films célèbres, avant d'être reprise par des activistes musulmans à partir de l'affaire Rushdie.

En présence de

Jeanne Favret-Saada

anthropologue, agrégée de philosophie, directrice d'études honoraire à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, section des Sciences religieuses (chaire d'Anthropologie religieuse de l'Europe)

Bibliographie :

  • Les Mots, la Mort, les Sorts : la sorcellerie dans le bocage(Gallimard), 1977
  • Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins(Les Prairies ordinaires), 2007
  • Désorceler(L'Olivier), 2009
  • Jeux d’ombres sur la scène de l’ONU : droits humains et laïcité(L'Olivier), 2010
  • Le christianisme et ses juifs. 1800-2000(Le Seuil), 2004

Modérateur :

AE

Arnaud Esquerre

sociologue, chargé de recherche au CNRS