MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Croire, c'est admettre que l'impossible devient possible par Maurice Godelier

Croire, c'est admettre que l'impossible devient possible par Maurice Godelier

L'auditorium du Palais des Beaux-Arts juste avant la conférence de Maurice Godelier

 

18h50, auditorium du Palais des Beaux-Arts. On compte le peu de places encore disponibles, on s’excuse pour se faufiler entre deux personnes. Vieux, jeunes, profs, étudiants, retraités, tout le monde se retrouve à Citéphilo. Ce soir, Maurice Godelier nous parle de croyance, de réel et d’irréel. « Vous comprenez ? réitère-t-il très régulièrement, c’est fondamental. »

L’anthropologue s’adresse à nous comme à des amis, soucieux de rendre ses propos accessibles à tous. Un exercice de vulgarisation de la philosophie qui nous plonge dans une ambiance chaleureuse propice aux éclats de rire, et nous vivons deux heures passionnantes en sa compagnie. Parce que c’est ça, Citéphilo.

 

Léa Ilardo, 10.10.2017





 

 « Croire c'est admettre que l'impossible devient possible », invité Maurice Godelier, le 10/11/2017       

 

 

            « A mes 7 ans, ma mère me disait 'Maintenant tu es trop grand pour croire au père Noël, va te coucher et n'oublie pas de faire ta prière avant de dormir' ». Éclats de rire dans l'audience. Pendant une heure trente, Maurice Godelier illustre ses propos de façon inédite. Et si ses paroles sont empruntes d'humour, il les fait également entrer en écho détonant avec l'actualité. Il faut dire que cet anthropologue émérite, ancien maître-assistant de Claude Lévi-Strauss et récompensé de la Médaille d'or du CNRS pour l'ensemble de son œuvre, a réalisé de considérables études de terrain, notamment chez les Baruyas de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Une expérience qui lui permet de porter un regard acéré aussi bien sur des thématiques transversales des sciences humaines, que sur nos sociétés modernes. Et surtout, il parvient à faire dialoguer les deux entre elles, et à révéler les unes par rapport aux autres.

Ce soir, il tonne que la Religion doit absolument être séparée du Politique. 

 

C'est néanmoins une autre question qui apparaît comme le réel fil conducteur de cette conférence : le lien entre l'élaboration de croyances et la question de la naissance de l'être humain. C'est sur cette ouverture que l'invité débute cette séance inaugurale du festival et oriente par la suite son propos. Les croyances, par l'action de l'imagination, sont indissociables de la recherche existentielle de l'être dans son élaboration de lui-même et de son rapport au monde. C'est ce qu'une étude du système de parenté de 182 sociétés a révélé à l'auteur de L'imaginé, l'Imaginaire et le Symbolique. La logique humaine est  structurée en deux grands « univers » : celui du réel et du possible, et celui de l'impossible et du spéculatif. Et la puissance de cette conscience qui se parle à elle-même, repose en la capacité de l'individu à être ancré dans le présent tout en pouvant conceptualiser des faits concrètement irréalisables. L'imagination permet donc de rendre l'impossible possible.

Maurice Godelier explique que l'Art, la Religion sont ainsi des univers créés par l'homme qui lui sont indispensables et qui lui permettent de créer matériellement ces irréalités. En s'émancipant en cela de la notion de « symbolique » de la pensée lacanienne, il estime que, dans le cas des Religions, ce domaine de l'irréel deviendrait plus réel que le réel, car l'homme y rattache le sens de son existence. La Religion entend pouvoir apporter une réponse globale à toutes les questions existentielles de l'homme.

Godelier affirme ainsi que l’éradication des religions est par conséquent fondamentalement impossible et à ne pas souhaiter. Néanmoins, il appelle à une séparation catégorique du religieux et du politique.

 

La conclusion de Maurice Godelier appelle finalement à une plus grande reconnaissance du travail des anthropologues. Et cette conférence d'inauguration lui donne raison. Le prisme pertinent qu'offre l'ethnologie sur les maux de nos sociétés modernes n'est effectivement plus à remettre en doute au regard de la vision seyante de l'actualité qu'offre l'analyse du chercheur sur ces thématiques. 

 

 

Jade BRIEND-GUY

Pierre Rosanvallon, 1968-2018 : cinquante ans de réflexion

Pour quoi agissons-nous ? : le livre testamentaire d’Etienne Tassin

Révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe Entretien avec Feriel Ben Mahmoud

« L’Islam prend conscience de soi par la philosophie » par Christian Jambet

Médiarchie : « Il n’est pas intelligent de rejeter les médias » par Yves Citton

Des sexes innombrables. Le genre à l'épreuve de la biologie par Thierry Hoquet

Foucault, Bourdieu et la question néolibérale par Christian Laval

Le jazz : où sont les femmes? par Michele Hendricks et Patrice Blanc-Francard

Spectacle : Comment la poussière a illuminé ma vie ? par Pierre Cleitman

Après Françoise Héritier par Sandrine Musso et Mélanie Gourarier

Transformations de la sexualité, permanence du sexisme par Michel Bozon et Irène Pereira

La ville est faite par et pour les hommes par Yves Raibaud

“De la nature et des femmes” par Emilie Hache

De la difficulté de dire « je » à l’époque du narcissisme de masse par Clotilde Leguil

Le féminin et le religieux par Catherine Chalier et Karima Berger

Adèle Van Reeth: Rencontre avec l'animatrice philosophe de France Culture

De la nature et des femmes par Emilie Hache

Une leçon d'histoire féministe avec Michelle Perrot : conférence inaugurale

François Poulain de la Barre : L'homme féministe du 17°siècle par Marie-Frédérique Pellegrin