MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Des risques et des hommes par Hervé Flanquart

Pour le goût du risque

 

«À vos risques et périls ». Si l’expression est bien connue, on peut cependant se demander ce qu’elle implique réellement… Comment appréhendons-nous au quotidien le risque ? Comment vivre avec ce dernier ? Et quelle différence existe-t-il par ailleurs entre risque et péril ? C’est à ces questions et à bien d’autres encore que le sociologue Hervé Flanquart a répondu pour Citéphilo.

 

Ils étaient nombreux ce samedi à la conférence donnée par Hervé Flanquart à la Fnac de Lille : simples curieux venus découvrir un pan de la sociologie peu connu du grand public, ou véritables connaisseurs en quête d’explications. C’est devant une salle pleine que le sociologue a présenté son nouveau livre, «Des risques et des hommes» (PUF).

 

Mais qu’est-ce que le risque?

L’ouvrage d’Hervé Flanquart s’inscrit dans la lignée des héritiers de la sociologie du risque née à la fin des années 80 en Allemagne sous l’impulsion du sociologue Ulrich Beck. Cette dernière institutionnalise l’étude de l’ensemble des conduites, collectives ou individuelles, porteuses de risque. Risque, qu’Hervé Flanquart définit ainsi : «Pour les sociologues comme pour les assureurs, le risque est, par rapport à un aléa, au croisement entre la probabilité que l’événement se produise, et les dommages potentiels qui en découlent».

 

C’est donc un concept en tension, à mi-chemin entre probabilité et potentialité, et dont l’application à des phénomènes a pu varier dans le temps. Ainsi, bien des dangers prennent plusieurs années avant de se constituer en risque, c’est à dire, avant d’être socialement identifié : « Dans les années 70 à Dunkerque, le risque provenait du littoral… Plus tard, lorsqu’on a pris conscience du danger potentiel des hauts fourneaux, le danger s’est mué en risque».

 

De l’importance de la subjectivité

«Je voulais étudier la représentation subjective du risque», explique Hervé Flanquart. Et en la matière, force est de constater l’importance des représentations subjectives des individus. L’ouvrage explique ainsi les biais cognitifs en jeu dans notre appréhension du risque. Combinés, ces derniers expliquent notre tendance à le sur/sous estimer.En outre, face aux risques, nous ne sommes pas toujours égaux. Ainsi, l’argent permet de se payer le luxe d’éviter certains risques.

 

Le sociologue explique par ailleurs un fait intéressant : nous aurons tendance à mieux supporter les risques comportant des aménités en contrepartie. C’est ainsi que la voiture, est perçue comme un risque acceptable puisqu’en échange, elle permet une autonomie de déplacement inédite. Au contraire, le risque terroriste est lui mal supporté car n’offrant aucun avantage, alors même que le nombre de victimes du terrorisme en France est bien inférieure aux nombres de victimes de la route.

 

L’institutionnalisation du risque : le principe de précaution

Aujourd’hui plus que jamais, la tendance est à la précaution : l’institutionnalisation du risque par l’Etat et les entreprises, a conduit à l’abstention systématique en cas de conséquences non facilement prévisibles. Le problème, c’est qu’à un risque évité se substitue bien souvent un autre. Hervé Flanquart rappelle par exemple que ce genre de principe de précaution à l’époque aurait conduit à la non-commercialisation de la pilule contraceptive…

 

Dans un monde où une évaluation normative du risque n’existe pas, il faudra donc se contenter des bonnes volontés des experts et des hommes politiques, en n’oubliant jamais que, comme le rappelle le sociologue : «  Le risque zéro n’existe pas, et c’est bien pour cela qu’il est si compliqué pour les politiques de l’appréhender ».

 

Laura Ayad – Charlotte Sebire

L'avènement de la démocratie : le nouveau monde par Marcel Gauchet

Les fondements sociaux de l'action économique, cours de Bourdieu au Collège de France, 1992-1993

Spinoza et la superstition par Ariel Suhamy

Des risques et des hommes par Hervé Flanquart

Croyance et foi par Delphine Horvilleur

Croire, c'est admettre que l'impossible devient possible par Maurice Godelier

Interview de Jean-François Rey dans la matinale de Radio Campus, mardi 7 nov.

La notion de forme dans les arts par Bernard Sève