MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Les fondements sociaux de l'action économique, cours de Bourdieu au Collège de France, 1992-1993

Les fondements sociaux de l'action économique, cours de Bourdieu au Collège de France, 1992-1993

Entre théâtre et sociologie, les Fondements sociaux de l’action économique

 

Le livre édité par Patrick Champagne et Julien Duval, deux sociologues, fait partie d’un recueil d’œuvres qui retranscrivent les cours de Pierre Bourdieu lorsqu’il enseignait au Collège de France de 1982 à 2001. Un travail laborieux en annotations mais aussi en interprétations car pendant ses cours, Bourdieu ne faisait que continuer de réfléchir à voix haute.

 

La Révolution symbolique, le passage au donnant-donnant

Mauss parlait de la révolution symbolique comme de la « révolution véritable, grande et vénérable ». On associe à cette notion abstraite, une explication bien plus concrète : le passage d’une société de don contre don à celle du « donnant-donnant ». Pour comprendre le don contre don, Bourdieu s’appuie sur l’analyse de Jacques Derrida. Derrida pousse le don à son extrême. Un don ne pourrait être remboursé, et celui qui reçoit ce don ne devrait même pas en avoir conscience sinon cela deviendrait une reconnaissance de dette.

L’analyse de Lévi-Strauss, selon laquelle il faudrait donc prendre l’échange comme unité et non plus le don, est alors réfutée par Bourdieu. Il ajoute à la logique de l’anthropologue la dimension du temps. Si beaucoup de temps s’écoule entre le don et le contre don, alors don initial s’oublie et le contre don devient efficace.

Le passage à une société où le donnant-donnant domine peut être résumé par l’expression business is business. Les mentalités changent et le travail n’est plus considéré comme une obligation envers le groupe auquel on appartient, mais comme un moyen pour obtenir un salaire. Bourdieu s’appuie sur ce qu’il a observé en Algérie auprès des paysans, lors de l’arrivée du capitalisme. Même s’il admet que la tradition du don est toujours présente dans des îlots restreints comme la famille ou des univers sociaux particuliers tels qu’une fête au village.

 

« Le donnant-donnant peut être résumé par business is business »

 

L’approche théorique en termes d’économie

Bourdieu oppose une anthropologie économique avec des concepts qui ont fait le succès de ses théories : l’habitus, le champ et le capital. Ces trois notions permettraient d’appréhender toutes les sociétés. En effet, tous les individus sont sociabilisés (habitus) et dans toutes sociétés, des biens ou des savoirs ont de la valeur (capital).

Il existe deux façons de présenter le champ économique de Bourdieu. Souvent différents champs tels que artistique ou juridique sont mentionnés mais jamais cette notion n’a été étendue à l’économie. Pour lui, l’économie ce sont davantage des firmes en concurrence avec d’autres firmes que le rapport des producteurs aux consommateurs, chaque firme développant son propre.

D’autre part, il réfléchit à la notion de marché qui est utilisée dans le vocabulaire courant. Les économistes utilisent ce terme mais il est difficile de le définir. Le marché représente des choses très différentes : aussi bien des mécanismes économiques, qu’un lieu géographique. Bourdieu pense que souvent les agents opèrent un court-circuit et emploient ce terme à mauvais escient. Bourdieu produit une réflexion critique sur la notion de marché et l’oppose à la notion de champ. Il insiste sur le fait que l’offre créée par la production d’une firme est moins déterminée par la demande des consommateurs que par ce que crée la firme pour se démarquer de ses concurrents.

 

Une conférence en demi-teinte

Pour toute personne non initiée avec Bourdieu, il n’était pas évident de comprendre les théories exposées. Pourtant le théâtre de la Verrière affichait complet ce lundi 13 novembre. Le texte de Bourdieu s’adresse davantage à des personnes averties mais il a été rendu plus accessible grâce à la mise en voix de certains textes  par Dominique Sarrazin, directeur du Théâtre de la Verrière et excellent comédien.

 

Agathe Fourcade et Charlotte Sebire

Ce que les riches pensent des pauvres par Serge Paugam

L'historien et son temps. Nicolas Offenstadt sur les traces de la RDA

Comment dit-on Dieu dans les trois monothéismes? Cassin, Benzine, Ouaknin et Borgeaud

Histoire mondiale de la France : Boucheron, Venayre, Singaravélou et Deluermoz

Dire la France,Culture(s) et identités nationales par Vincent Martigny

L'humanité carnivore par Florence Burgat

Jean-François Millet sous l'oeil de Terrence Malick par Élise Domenach et Régis Cotentin

Persévérance de l'utopie par Pierre Macherey et Thierry Paquot

Interview de Barbara Cassin par Estelle Aubin et Laura Ayad

Le livre de la faim et de la soif par Camille de Toledo

Le travail à mort de Bertrand Ogilvie

Eloge de l'hospitalité. Regards croisés sur la condition de migrant

Sagesse et vérité par Barbara Cassin, Danièle Wozny, Elisabeth Claverie et Driss El Yazami

L'avènement de la démocratie : le nouveau monde par Marcel Gauchet

Les fondements sociaux de l'action économique, cours de Bourdieu au Collège de France, 1992-1993

Spinoza et la superstition par Ariel Suhamy

Des risques et des hommes par Hervé Flanquart

Croyance et foi par Delphine Horvilleur

Croire, c'est admettre que l'impossible devient possible par Maurice Godelier

Interview de Jean-François Rey dans la matinale de Radio Campus, mardi 7 nov.

La notion de forme dans les arts par Bernard Sève