MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Persévérance de l'utopie par Pierre Macherey et Thierry Paquot

Persévérance de l'utopie par Pierre Macherey et Thierry Paquot

« L’utopie est là pour faire saisir que quelque chose ne va pas »

La conférence donnée par Pierre Macherey, professeur émérite de Philosophie à l’Université de Lille et Thierry Pacot, philosophe et professeur émérite à l’Institut d’urbanisme de Paris a balayé de nombreux clichés sur l’utopie, et apporté un regard neuf sur cette notion trop souvent dévoyée.

Le mot « Utopie », à l’origine un nom propre, vient du titre du livre de Thomas More Utopia (1516), récit d’une île où l’égalité entre les hommes règnerait. More forme son mot à partir du grec « utopos », « lieu qui n’est nulle part ». C’est à l’invitation d’Érasme que l’homme de lettres et homme politique britannique rédigera un autre texte accompagnant la fable, vilipendant la société britannique de l’époque et le recours à la guerre.

Pour les deux conférenciers, le procès de l’utopie semble aujourd’hui établi. Le marxisme d’une part a contribué à la bouter hors des idées légitimes car non-scientifique et le libéralisme d’autre part, constatant l’échec de l’URSS, l’a cantonnée dans le champ de l’irréalisable voire du danger. Tout en ignorant son contenu.

Du XVIème au XVIIIème, l’utopie devient un genre littéraire et prolifère du XVIème siècle à la fin du XVIIIème siècle. Les récits sont extrêmement variés, certains valorisent l’individu, le luxe, la frugalité… Pour Pierre Macherey, les utopies ne sont pas faites pour être mises en œuvre : « c’est un rêve au sens où l’imaginaire éclaire la vie réelle ». Elle est à lire au présent : « l’utopie est là pour faire saisir que quelque chose ne va pas ».

Néanmoins, à la fin du XVIIIème siècle, l’utopie cesse d’être politique pour devenir sociale. Ainsi, chez Saint-Simon, Owen et Fourier, la question de l’État est évacuée. La nouvelle phase de l’utopie qui commence au début du XIXème c’est le décentrement.

Au XXème siècle, Karl Mannheim et Ernst Bloch tentent de penser la pratique de l’utopie. Sa réalisation commence avec Thomas Müntzer, contemporain de More, qui dans le contexte de la guerre des paysans en Allemagne, a pris la tête d’un mouvement populaire. Pour Bloch et Mannheim, c’est le premier qui a fait sortir l’idée utopique comme germe politique.

Ainsi pour Thierry Pacot, certaines utopies (Saint Simon) sont de véritables projets de société, et notamment à partir de la fin du XVIIIème siècle. En divergence avec Pierre Macherey, il refuse de parler d’un échec de l’expérimentation des utopies. Pour lui, les utopiens s’accordent à souligner les apports d’une telle expérience, notamment aux États-Unis. Cent ans après l’an 2000, utopie d’Edward Bellamy, a donné naissance à une soixantaine de récits utopistes aux États-Unis.

« Fourier, c’est le poète de l’utopie ! » (P. Macherey)

Les deux conférenciers ont choisi de faire un focus sur Charles Fourier, inventeur du phalanstère et dont la grande préoccupation était la vie quotidienne des habitants de son utopie. Plus que les grandes théories, l’important est le foisonnement de détails. Fourier a imaginé un type de société dans laquelle riches et pauvres peuvent vivre ensemble, en s’enrichissant mutuellement.

Incroyable de constater, pour nos oreilles néophytes, à quel point ses idées étaient novatrices : il est un des premiers à penser l’architecture comme fondement de la vie sociale, à concevoir une pédagogie nouvelle, à la question du réchauffement climatique… Ce qui fait dire à Pierre Macherey : « s’il y a bien quelque chose qui n’est pas abstrait c’est l’utopie ». 

Aucun article disponible.