MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Histoire mondiale de la France : Boucheron, Venayre, Singaravélou et Deluermoz

Histoire mondiale de la France : Boucheron, Venayre, Singaravélou et Deluermoz

Bousculer l'Histoire en la remettant à sa place

 

            L'auditorium des Beaux-Arts était comble ce lundi soir pour assister à la conférence de Patrick Boucheron et de trois de ses collègues, Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou, Sylvain Venayre. L'ambiance de camaraderie n'a pas empêché aux quatre historiens de répondre aux polémiques concernant l'Histoire Mondiale de la France.

 

            122 historiens, deux ans de travail acharné, douze périodes de l'Histoire, 146 dates. L'Histoire Mondiale de la France est dense, compacte. Il désarçonne au premier abord, les dates sont pour la plupart décalées, elles ne sont pas celles que l'on a l'habitude de voir dans un livre d'Histoire. À 732 et la bataille de Poitiers, on a préféré 711 et le butin de Ruscino, à 1917 et l'entrée des Etats-Unis dans la Guerre Mondiale, la révolte kanak de 1917. Le récit n'est pas linéaire, chaque auteur impose son style, et plutôt qu'un récit, les 146 dates sont autant d'histoires brèves mais dont l'historicité ne peut être remise en cause.

 “ Plutôt que des dates ancrées dans l'imaginaire collectif mais à la véracité non avérée, on a préféré des dates dont l'historicité ne pouvait être remise en cause” explique  P. Boucheron.

La polémique qui entoure l'œuvre intrigue, attire aussi. Lors de sa parution, en janvier 2017, deux ans après les attentats de Charlie, la sphère publique s'était déchirée sur l'ouvrage dirigé par Patrick Boucheron, d'une manière inédite pour un ouvrage historique. Loin de suivre le roman national, comme le démontre l'absence de certaines dates, le livre définit la France comme une partie du monde, en proie à des flux extérieurs, des influences extérieures. “ Michelet avait écrit son Histoire de France tout seul, dans son coin. En évitant de citer les puissants des autres époques et en ne parlant que de lui-même, il espérait rendre la  parole au peuple français. Cependant, en faisant cela, il a contribué à mettre en place un roman national dont l'historicité laisse à désirer”, démontre Sylvain Venayre. Sur le but de l'ouvrage, l'historien explique que l'objectif n'était pas de créer une contre histoire nationale, mais de questionner, d'illuminer les dates qui sont ancrées chez les Français sous le soleil du regard critique.

Pourtant, si la polémique est intense, l'Histoire française a du retard au niveau international.  L'Histoire Mondiale de la France arrive tard, les Etats-Unis, la Suisse, l'Allemagne avait déjà fait leurs Histoires transnationales. Cependant, quatre spécificités en font une œuvre mondialement unique lors de sa parution: son titre annonce la couleur au premier coup d'œil, elle est directement en prise avec le contexte politique, celui des élections, c'est un ouvrage collectif qui se répond, qui articule les dates entre elles, et surtout, qui a pris dans le débat public pour questionner notre manière de voir notre Histoire. Ces spécificités ont eu un retentissement mondial, à tel point que l'Italie, les Pays-Bas et la Suisse vont, ou ont publié leurs propres Histoires Mondiales.

Sur la méthode, les historiens précisent qu’ils auraient pu être bien plus provocateurs: commencer les origines par l’archéologie antillaise, mettre les dates dans un désordre aléatoire et spécifique pour chaque exemplaire… bridés par leur éditrice et par leur bon-sens, ils ont préféré être plus sages.

Les participants de Citéphilo ont eu la chance d’assister à une conférence avec des historiens défendant sans relâche une historicité absolue, sérieux mais joueurs, précis mais pas ennuyeux, passionnés et passionnants.

Ce que les riches pensent des pauvres par Serge Paugam

L'historien et son temps. Nicolas Offenstadt sur les traces de la RDA

Comment dit-on Dieu dans les trois monothéismes? Cassin, Benzine, Ouaknin et Borgeaud

Histoire mondiale de la France : Boucheron, Venayre, Singaravélou et Deluermoz

Dire la France,Culture(s) et identités nationales par Vincent Martigny

L'humanité carnivore par Florence Burgat

Jean-François Millet sous l'oeil de Terrence Malick par Élise Domenach et Régis Cotentin

Persévérance de l'utopie par Pierre Macherey et Thierry Paquot

Interview de Barbara Cassin par Estelle Aubin et Laura Ayad

Le livre de la faim et de la soif par Camille de Toledo

Le travail à mort de Bertrand Ogilvie

Eloge de l'hospitalité. Regards croisés sur la condition de migrant

Sagesse et vérité par Barbara Cassin, Danièle Wozny, Elisabeth Claverie et Driss El Yazami

L'avènement de la démocratie : le nouveau monde par Marcel Gauchet

Les fondements sociaux de l'action économique, cours de Bourdieu au Collège de France, 1992-1993

Spinoza et la superstition par Ariel Suhamy

Des risques et des hommes par Hervé Flanquart

Croyance et foi par Delphine Horvilleur

Croire, c'est admettre que l'impossible devient possible par Maurice Godelier

Interview de Jean-François Rey dans la matinale de Radio Campus, mardi 7 nov.

La notion de forme dans les arts par Bernard Sève