MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

L'historien et son temps. Nicolas Offenstadt sur les traces de la RDA

L'historien et son temps. Nicolas Offenstadt sur les traces de la RDA

« Interroger un pays disparu qui est encore là »

 

            Nicolas Offenstadt, historien spécialiste du Moyen-Âge, a arpenté l’ex-RDA  et interroge dans une exposition présentée à l’Institut Français de Berlin, les lieux oubliés d’un pays disparu dont les traces sont encore très présentes dans le patrimoine urbain actuel. Une manière atypique et innovante de faire l’histoire.

 

            « J’aime tellement l’Allemagne que je préfère qu’il y en ait deux ». C’est par ces mots, empruntés à François Mauriac, qu’a débuté la conférence de Nicolas Offenstadt à propos d’une de ces deux Allemagne, la RDA : République Démocratique Allemande. L’historien est revenu sur l’histoire d’un pays qui nous est si proche temporellement et à la fois si éloigné. Seul un quart de siècle est passé depuis la fin de l’Allemagne de l’Est et pourtant… Cette nation n’a vécu qu’une cinquantaine d’années entre 1949 et 1990 et a la particularité de ne pas avoir eu de successeur, mais plutôt d’avoir été incorporée, absorbée par son opposé de l’Ouest.

            Très vite, lors de la réunification, les institutions politiques sont réduites dans le meilleur des cas, dissoutes et fermées dans le pire. Les propriétés économiques de l’ancien état communiste sont toutes vendues ou privatisées par l’intermédiaire de la Treuhand entre 1990 et 1994. La volonté est alors de faire passer l’ex-RDA très rapidement au capitalisme qui s’appliquait déjà dans l’autre moitié du pays. On assiste alors à une véritable désindustrialisation, qui conduit à une perte démographique importante par des migrations à l’Ouest. De nombreux lieux sont détruits, mais une grande partie est surtout abandonnée. C’est à ces endroits, sorte de faille temporelle dans l’Allemagne moderne et développée, que s’intéresse Nicolas Offenstadt.

            En utilisant l’Urbex, terme anglais pour désigner l’exploration urbaine, la visite de lieux vides et abandonnés dans les espaces urbains, l’historien médiéviste fait émerger les enjeux politiques et documentaires de ces endroits laissés pour compte. En RDA, les ruines témoignent de la fin d’un système et d’un démantèlement du régime politique, c’est pour cela qu’elles sont si précieuses pour l’historien. Les bâtiments abandonnés peuvent renfermer de véritables trésors, tels que des fiches sur le personnel de l’époque, des consignes, des archives de diverses entreprises. Offenstadt souligne l’intérêt de ces morceaux d’histoire que l’on peut rapprocher ou opposer à l’histoire « officielle », même s’il n’y a pas réellement de méthodologie derrière.

            L’Urbex cache une grande variété de pratiques : des visites des catacombes à l’escalade des gratte-ciels. Elle est très populaire en Allemagne mais reste encadrée par quelques règles, du moins quand c’est possible : garder les adresses pour soi, ne pas briser pour rentrer, respecter les lieux, ne rien emporter. Nicolas Offenstadt ne les a pas toujours respectées dans les 175 sites qu’il a explorés, après de nombreux repérages, notamment via Google Earth. Dans ces lieux qui permettent « d’interroger un pays disparu qui est encore là » selon l’historien, il n’est facile de contenir sa curiosité. Mais l’intérêt historique est réel. À l’heure où l’ancienne RDA est souvent désignée comme l'un des bastions de l’extrême-droite en Allemagne, cette plongée nous donne des clés de compréhension, d’une situation pour le moins complexe.

 

 


Aucun article disponible.