MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Comment dit-on Dieu dans les trois monothéismes? Cassin, Benzine, Ouaknin et Borgeaud

Comment dit-on Dieu dans les trois monothéismes? Cassin, Benzine, Ouaknin et Borgeaud

Comment dit-on Dieu dans les trois monothéismes ?

 

Ce dimanche 19 novembre, c’est face à une salle comble que Barbara Cassin, invitée d’honneur de Citéphilo, a soulevé la question de l’intraduisible dans la religion. Tour à tour, Philippe Borgeaud, Rachid Benzine et Marc-Alain Ouaknin se sont exprimés sur le sujet, notamment en abordant le thème de la dénomination de Dieu dans les religions chrétienne, musulmane et juive.

 

Comment désigne-t-on Dieu dans le christianisme ?

Philippe Borgeaud a entamé cette conférence en abordant le sujet de la traduction dans la religion en général. Autant qu’il est possible qu’un Dieu reconnaisse un autre Dieu, un pratiquant reconnait souvent un autre pratiquant, même si sa religion est différente. L’historien illustre cette pensée par l’exemple des conquistadors, qui ont été dans une attitude presque naturelle de traduction face aux différentes religions qu’ils ont rencontré. Ceux-ci ont recherché des équivalents dans leur religion aux pratiques et rites religieux qui leur étaient inconnus.

« Dans le christianisme, la théologie voudrait que Dieu, un Dieu révélé, soit intraduisible et exclusif. », a ensuite déclaré Philippe Borgeaud. On est alors dans l’idée d’un divin que l’on ne peut pas nommer, ni-même comparer à un autre malgré que nous ayons tendance, de manière quasi universelle, à être dans la traduction. De plus, les textes religieux présentent Dieu comme étant l’infini et donc intraduisible. En effet, dans la religion, Dieu n’a pas de nom propre. Son latin « Deus » signifie littéralement au sens chrétien : « l’innomé ».

 

Comment désigne-t-on Dieu dans l’islam ?

Dans un second temps, Rachid Benzine a évoqué la désignation de Dieu dans la religion musulmane. Il est important de souligner qu’« Allah » n’est pas le nom de Dieu, cela signifie « le Dieu » en arabe, car nommer Allah reviendrait à prendre le pouvoir sur lui. Tout au long du Coran, on est face à un Dieu qui se décrit aux Hommes tout en disant que rien ne lui ressemble. Ainsi, dans la religion musulmane, il est également impossible de parler au nom de Dieu, puisque cela reviendrait à dire qu’il est nommable et que sa pensée est traduisible par les Hommes, or avec le terme « Allah », nous sommes de nouveau dans l’idée de l’intraduisible, l’innommable. 

 

Comment dit-on Dieu dans le judaïsme ?

A son tour, Marc-Alain Ouaknin a évoqué la traduction de Dieu au sein de la religion juive. Dans le texte, Dieu est l’infini, et le passage de l’infini au fini se fait via le texte. Dieu a donc une réaction d’humilité face aux Hommes en acceptant de se faire fini et ceux-ci ont une réaction de traduction. Ensuite, par cette traduction, l’Homme interprète les mots de Dieu et le libère du texte, le rendant à l’infini. Cependant, lorsqu’il s’agit du nom de Dieu dans le judaïsme, la traduction fait place au silence. Le nom de Dieu dans la Torah étant un tétragramme imprononçable, on est encore une fois dans l’idée de l’innommable. Donc Dieu fait silence pour que l’Homme parle, et le pratiquant est alors dans le traduisible (via la compréhension du texte) pour rendre son infinité à Dieu.

 

A l’issue de cette conférence, il semblerait donc que dans les 3 monothéismes, les pratiquants soient à la fois dans le traduisible par l’écriture, la lecture et la compréhension de la parole de Dieu via les textes religieux, et dans l’intraduisible lorsqu’il s’agit de nommer Dieu. Mais alors, peut-être aurions-nous pu appeler cette conférence : « comment ne dit-on pas Dieu dans les trois monothéismes ? » ?

Aucun article disponible.