MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe Entretien avec Feriel Ben Mahmoud

Révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe Entretien avec Feriel Ben Mahmoud

Symboliquement projeté à la médiathèque Andrée Chedid de Tourcoing, le film « Révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe » retrace les émulations et l’organisation des mouvements féministes arabes. La réalisatrice, Feriel Ben Mahmoud en évoque la genèse pour Citéphilo.

 

Pourquoi avoir choisi ce thème du féminisme arabe ?

Je suis historienne, j'ai commencé par l'histoire avant de faire des documentaires : on ne peut pas comprendre ce qui se passe aujourd’hui sans regarder le passé. En réalisant un film sur la Tunisie post-révolution [Feriel Ben Mahmoud est franco-tunisienne], j'ai été frappée par le nombre de femmes qui étaient dans la rue, qui avaient peur qu’on touche à leurs droits. En m’intéressant à ce qui se passait ailleurs - en Egypte, en Libye - je me suis rendue compte que l’histoire des femmes était beaucoup plus ancienne que 2011. Le public ne sait pas que dans les années 1920, des penseurs réclamaient des choses qui ne sont toujours pas appliquées aujourd’hui. Je voulais donc raconter, en me concentrant sur certains pays, dont la Tunisie et l’Egypte, là où tout a commencé.

 

Justement, pour vous, quand commence le féminisme arabe ?

Les premiers penseurs, comme Qasim Amin, c’est 1890. Puis dans la deuxième moitié du XIXe on trouve des penseurs réformistes modernisateurs, notamment en Egypte. Mais les mouvements féministes commencent vraiment dans les années 1920, avec Huda Sharaawi, la féministe arabe. Représentante des Egyptiennes au Congrès féministe de Rome, elle était contre l’occupation britannique. A l’époque, le féminisme n’est pas perçu comme occidental mais comme une valeur universelle. Tahar Haddad par exemple ne parlait pas un mot de français et avait une éducation hyper traditionnelle. Mais il appartenait au courant réformiste et disait : « on ne va pas s’en sortir si on ne s’attaque pas à l’émancipation des femmes ». C'est une figure majeure du féminisme et pourtant beaucoup continuent de considérer que le féminisme vient d’Occident.

 

Qui sont les nouvelles figures du féminisme arabe aujourd’hui ?

Les jeunes féministes se battent à travers internet sur des sujets différents de leurs aînées. Elles parlent beaucoup de sexualité, d’égalité sexuelle et la notion de corps est très présente. Le site internet Uprising of Women in the Arab World est une nouvelle forme d’organisation. En Tunisie il y a encore des groupes très anciens comme l’Association tunisienne des femmes démocrates qui existait sous Bourguiba et qui luttait pour la démocratie et pour les droits des femmes. Selon les régimes politiques c’est compliqué d’exister en tant que structure indépendante mais les femmes sont sorties dans la rue et même si maintenant elles le sont un peu moins, je pense que c’est momentané et que ça va ressurgir.

 

Est-ce que les hommes peuvent être féministes ?

Dans mon autre film, j’interviewais des hommes qui soutenaient leurs femmes dans leurs combats. Il y a eu un fort enthousiasme au moment de la révolution, les gens se sont rendus compte que tout était lié. La démocratie, le droit des femmes, le droit des gays, le droit de tout le monde. Ce n’est pas un hasard s’il y a eu trois associations, pour les droits des gays, lesbiens et transgenres qui sont apparues à ce moment là. Il ne peut pas y avoir de vraie démocratie s’il n’y a pas d’égalité pour tous, pour tous les citoyens. Ça n’a donc pas de sens de dire que seules les femmes sont féministes. Être féministe c’est se dire -qu’on soit un homme ou une femme- qu’on a exactement les mêmes droits dans la société.

 

Dans votre film, on voit Nasser se moquer des Frères musulmans qui veulent imposer le voile dans l’espace public. Comment expliquez-vous le basculement qui a eu lieu dans ces pays ?

C’est la question que je me pose encore. Cela dépend des pays. En Algérie par exemple, les femmes ont participé à la guerre et on leur a promis des droits avec l’indépendance qu’elles n’ont pas eu. C’était même pire après, avec le code de la famille. Elles ont été utilisées par les dirigeants du FLN [Front de libération nationale], des conservateurs qui ne voulaient pas donner aux femmes autant de droits. La guerre de 67 a également eu un grand impact dans la région. Ce conflit a été un tel échec pour l’Egypte et les peuples arabes, une telle humiliation pour ces régimes laïcs que les religieux ont surfé sur ce traumatisme en parlant de « la main de Dieu ». La défaite a été expliquée par la perte des valeurs traditionnelles des peuples arabes. La révolution iranienne, le manque de perspective, la religion et l’extrémisme, le nationalisme, tout cela a eu un impact. Et les femmes cristallisent assez cette identité. Bourguiba lui-même, qu’on ne peut pas qualifié anti-féministe, écrit un texte dans les années 1920, quand les premières Tunisiennes se dévoilent. Pour lui,  ce n'est pas le moment de rejeter le voile car dans le contexte de lutte contre la colonisation française, ces femmes jouent le jeu des colons qui veulent « libérer les musulmanes ». Il liait le voile à l’identité tunisienne alors que lui-même n’était pas favorable au voile. Les femmes se retrouvent toujours comme un enjeu, un outil des colonisateurs, des nationalistes, et des religieux. Et c’est encore un peu comme ça aujourd’hui.

 

 

Pierre Rosanvallon, 1968-2018 : cinquante ans de réflexion

Pour quoi agissons-nous ? : le livre testamentaire d’Etienne Tassin

Révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe Entretien avec Feriel Ben Mahmoud

« L’Islam prend conscience de soi par la philosophie » par Christian Jambet

Médiarchie : « Il n’est pas intelligent de rejeter les médias » par Yves Citton

Des sexes innombrables. Le genre à l'épreuve de la biologie par Thierry Hoquet

Foucault, Bourdieu et la question néolibérale par Christian Laval

Le jazz : où sont les femmes? par Michele Hendricks et Patrice Blanc-Francard

Spectacle : Comment la poussière a illuminé ma vie ? par Pierre Cleitman

Après Françoise Héritier par Sandrine Musso et Mélanie Gourarier

Transformations de la sexualité, permanence du sexisme par Michel Bozon et Irène Pereira

La ville est faite par et pour les hommes par Yves Raibaud

“De la nature et des femmes” par Emilie Hache

De la difficulté de dire « je » à l’époque du narcissisme de masse par Clotilde Leguil

Le féminin et le religieux par Catherine Chalier et Karima Berger

Adèle Van Reeth: Rencontre avec l'animatrice philosophe de France Culture

De la nature et des femmes par Emilie Hache

Une leçon d'histoire féministe avec Michelle Perrot : conférence inaugurale

François Poulain de la Barre : L'homme féministe du 17°siècle par Marie-Frédérique Pellegrin