MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Pierre Rosanvallon, 1968-2018 : cinquante ans de réflexion

Pierre Rosanvallon, 1968-2018 : cinquante ans de réflexion

Pierre Rosanvallon a publié en septembre 2018, son nouvel essai : Notre histoire intellectuelle et politique : 1968-2018 (Seuil). Cet ouvrage mêle deux points de vue : celui de l’Histoire mais aussi celui personnel de l’auteur qui a vécu cette Histoire. Il retrace donc l’Histoire longue du projet d’émancipation de la société moderne qui correspond à l’évolution de l’auteur, étudiant en 1968, jusqu’à sa reconnaissance, aujourd’hui en tant que figure intellectuelle.

 

Mai 68 et les années 70 : L’enthousiasme d’une révolution

Pierre Rosanvallon explique qu’à l’origine de Mai 68 se trouve le besoin d’autonomie de l’individu. C’est pour cette raison que l’émancipation réclamée par les manifestants va se poursuivre dans trois domaines lors des années 1970 : autonomie dans la vie personnelle, amélioration du processus démocratique et émancipation du travail. En 1968, l’auteur est étudiant à HEC, il ressent l’exaltation de ces années mais avec un certain recul pragmatique. En effet, sa place en tant que secrétaire confédéral de la CFDT, lui permet d’avoir accès au monde du travail.

« Les années d’hiver », les années 80 et 90

Le monde du travail que Pierre Rosanvallon côtoyait, n’a pas connu son Mai 68. Les victoires obtenues à la suite de ce mouvement sont des « victoires classiques », elles réforment un domaine où la définition du travail n’a pas changé : travail = salariat. Les lois Auroux de 1982, sont le fruit de ces années de lutte. Elles ne réinventent pas la définition même du travail, elles améliorent la condition salariale. C’est donc le sentiment de désillusion qui domine dans ces années. La victoire de la gauche en 1981 ne suffit pas à mettre en place les idées de Mai 68. C’est même le contraire qui se produit, F. Mitterrand instaure un plan d’austérité. L’auteur, déçu, abandonne le terrain pour se réfugier dans le travail intellectuel : « Nous avions le sentiment que ces idées généreuses [celles de Mai 68] n’étaient pas assez construites ». Face à cet « assèchement des idées », il éprouve donc le besoin de « refaire le bagage d’idées ».

La cristallisation des aversions : les années 2000

Pierre Rosanvallon expose un phénomène mécanique : quand l’avenir n’est plus défini positivement, les aversions apparaissent. « Dans les moments de désarroi les émotions l’emportent sur les intérêts. » Et c’est ce qui s’est passé à ses yeux à partir des grèves de 1995. Notre situation actuelle est donc le résultat d’une radicalisation de ces aversions. Ces répulsions se traduisent en politique par une montée des populismes. L’auteur nous invite à prendre cette menace au sérieux, « le populisme est d’autant plus haïssable qu’il est vague ». Le définir c’est se donner les armes pour le combattre. La démocratie vacille, aujourd’hui, car ce concept implique une consolidation et une réinvention permanente. Pierre Rosanvallon insiste sur la nécessité d’intégrer le temps long dans la démocratie sans quoi les questions qui concernent l’humanité et le climat ne trouvent pas leur place. 

Pour lui, les citoyens doivent reprendre les projets de Mai 68 pour faire aboutir le processus d’émancipation. « Le sociétal commencé en 68 continue aujourd’hui ». Loin de lui l’idée d’une nostalgie du passé, il appelle à « passer de la déploration à l’action ». 

Pierre Rosanvallon, 1968-2018 : cinquante ans de réflexion

Pour quoi agissons-nous ? : le livre testamentaire d’Etienne Tassin

Révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe Entretien avec Feriel Ben Mahmoud

« L’Islam prend conscience de soi par la philosophie » par Christian Jambet

Médiarchie : « Il n’est pas intelligent de rejeter les médias » par Yves Citton

Des sexes innombrables. Le genre à l'épreuve de la biologie par Thierry Hoquet

Foucault, Bourdieu et la question néolibérale par Christian Laval

Le jazz : où sont les femmes? par Michele Hendricks et Patrice Blanc-Francard

Spectacle : Comment la poussière a illuminé ma vie ? par Pierre Cleitman

Après Françoise Héritier par Sandrine Musso et Mélanie Gourarier

Transformations de la sexualité, permanence du sexisme par Michel Bozon et Irène Pereira

La ville est faite par et pour les hommes par Yves Raibaud

“De la nature et des femmes” par Emilie Hache

De la difficulté de dire « je » à l’époque du narcissisme de masse par Clotilde Leguil

Le féminin et le religieux par Catherine Chalier et Karima Berger

Adèle Van Reeth: Rencontre avec l'animatrice philosophe de France Culture

De la nature et des femmes par Emilie Hache

Une leçon d'histoire féministe avec Michelle Perrot : conférence inaugurale

François Poulain de la Barre : L'homme féministe du 17°siècle par Marie-Frédérique Pellegrin