MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Nathalie Frogneux a disséqué nos rapports aux mensonges, les gros et les petits, samedi 9 novembre au Palais des Beaux-Arts de Lille. Elle était l’invitée d’Adèle van Reeth, productrice de l’émission Les chemins de la philosophie. Garanti sans baratin !

 

« Combien de fois avez-vous menti aujourd'hui ? » Rires gênés dans la salle. La philosophe Nathalie Frogneux poursuit : « Si vous racontez votre journée sans en rajouter un peu… ce n’est pas très intéressant, s’amuse-t-elle. Tout le monde ment ! Nous mentons parce que nous exagérons, nous mentons parce que nous minimisons, nous mentons parce que nous sommes inexacts ! »

 

Mentir en toute sincérité

 

Partons donc de ce constat : l’être humain est un menteur. L’humanité, pourtant, ne peut faire fi de la question de la vérité ! « La consistance de notre "être ensemble", de notre vie commune suppose une articulation entre exactitude et sincérité », explique Nathalie Frogneux. Elle reprend le philosophe moral britannique Bernard Williams : « Exactitude et sincérité. La vérité repose sur ces deux vertus. »

L’exemple de Misha Defonseca, autrice de Survivre avec les loups, est parlant. Publié en 1997, l’ouvrage narre l’épopée de cette enfant juive à travers des forêts d’Europe centrale. Orpheline, la petite Misha aurait échappé à la Shoah grâce à une meute de loups. Dix ans plus tard, Misha Defonseca, de son vrai nom Monique De Wael, l’avoue : elle a tout inventé. « Pour cacher que son père a collaboré en Belgique, pour cacher une identité dont elle avait honte », d’après Nathalie Frogneux.

Il s’agit évidemment d’un mensonge. D’un très gros mensonge. « Mais c’est un mensonge sincère ! affirme la philosophe. Misha Defonseca voulait sincèrement devenir cette petite juive. » Avant d’être démasquée, l’autrice a physiquement incarné ce personnage, puisqu’elle a témoigné dans plusieurs écoles belges. « Elle a donc un vécu de femme qui s’exprime devant des enseignant·es ému·es et des enfants en larmes, souligne la philosophe. La parole est menteuse, mais le corps, lui, ne ment pas. »

Les propos de Misha Defonseca sont mensongers, non pas par défaut de sincérité, mais par défaut d’exactitude. Son récit, non conforme au monde extérieur, a été démenti par des habitant·es d’une région qu’elle dépeint maladroitement.

 

« Arrête tes conneries ! »

 

Mais alors, à partir de quel moment le mensonge trouble-t-il « la consistance de notre "être ensemble" » ? En d’autres termes : jusqu’où pouvons-nous nous enfoncer dans le mensonge ? « Cela dépend évidemment de chacun·e », prévient Nathalie Frogneux. Se jouer du réel est humain : on plaisante, on baratine, on se raconte des histoires… « Jusqu’au moment où l’on ressent le besoin d’avouer », tranche la penseuse. Avouer, le verbe est fort mais assumé. Natalie Frogneux précise : « Les aveux sont ce moment de réunification de soi, de réunification avec les autres, avec le monde. »

L’aveu résulte-t-il toujours du désir de la personne menteuse ? Non. Parfois, les Pinocchios sont démasqués lorsqu’ils se confrontent à autrui. Se référant au philosophe américain Harry Frankfurt, Nathalie Frogneux conclut : « Vient un certain stade où quelqu'un nous dit : "Arrête tes conneries !" »

 

Une éducation féministe, est-ce possible ? par Nicole Mosconi et Vanina Mozziconacci

L’accès des femmes au savoir : progrès ou reconfiguration de la société ? par Nicole Mosconi et Caroline Fayolle

Carlo Ossola. Ces “petites” vertus qui en appellent à notre humanité

Vivre entre les langues par Heinz Wismann

Retour vers 1938 par Michaël Foessel

La laïcité, une exception française ? par Philippe Raynaud

Biodiversité : vrais problèmes et idées fausses par Alain Pavé

Le rapport à l’image aux fondements de l’œuvre

De quoi le vide est-il plein? Par Etienne Klein

“La grande question de la philosophie moderne est de comprendre sa légitimité ”

Ces adolescents qui ont pris les armes en 1914 par Manon Pignot

Fiction et Vérité freudiennes ou l’histoire d’une psychanalyse en constante mutation

Interview de Philippe Descola : Dans la peau d'un anthropologue

Adèle Van Reeth : « La philosophie, une manière de se réconcilier avec notre finitude »

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Interview de Frédéric Worms après la leçon inaugurale : dire et faire.

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l'ère du numérique par Richard Mémèteau