MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

“On est la musique”. C’est ce que nous dira André Hirt durant la conférence, qu’il donne avec Olivier Koettlitz, sur le livre qu’il a publié en 2016, La Condition Musicale. Un livre qui était d’abord une série de chroniques, sur le site Muzibao, qui fut donc améliorée et augmentée dans ce livre. Mais cette conférence ne consiste pas seulement à parler de son livre. Au delà de la musique classique, il parle des musiques du monde, de ce qu’est la musique mais aussi, comment le “bruit” a remplacé la musicalité et comment le rapport à la musique a changé.

 

            Pour André Hirt, rencontrer la musique a été une chance pour lui. Jusqu’au collège, il n’avait encore jamais écouté de vinyle. Un jour, un ami lui a fait écouter sa collection de vinyles de musiques classiques. Il fut impressionné d’écouter des chefs d’oeuvres de Bach, de Beethoven et bien d’autres. Depuis ce jour, la musique, que soit du classique, du jazz ou du rock, ne le quitte plus. “Au matin, au soir, au lever, au coucher” dit-il. On peut découvrir la musique grâce à une rencontre ou d’un excès de curiosité. Mais cela doit se faire au plus jeune âge. Car la musique nous façonne, nous transforme, nous transcende.

 

            André Hirt le dit. “La condition humaine et la condition musicale, c’est redondant.”, avant d'ajouter, “on est la musique”. La condition c’est “ce qui fait que”. Ce qui fait notre existence, ce qui nous détermine en tant qu’individu. La musique est partout et d’abord dans notre corps et notre esprit. Notre coeur bat à un certains rythme et nous avons des émotions, des mimiques. C’est pour cela que André Hirt dit dans son livre que la musique est le fondement de l’existence de chacun, de la vie. “Cela nous rassemble nous même” ajoute-t-il. Mais aussi les groupes d’individus. Car écouter de la musique permet de nous identifier à une identité, un groupe. Mais aujourd’hui, la musique est partout, tout le temps, comme un bruit de fond.

 

Quand la musique devient un bruit de fond

 

            Pour André Hirt, il existe malheureusement, des êtres humains “amusicaux”. Ce néologisme désigne un individu qui a eu tellement l’habitude d’avoir de la musique dans son quotidien, que celle-ci ne devient qu’un bruit de fond. “Une sorte de musique de supermarché permanente” illustre t-il. Ce “bruit” c’est aussi les chansons politiques et religieuses, qui vise simplement à mettre au pas une population. Un être-humain qui est musical donc, c’est quelqu’un qui a conscience de ce qu’il écoute, qu’il réfléchit à propos de ce qu’il écoute. “Ecouter de la musique c’est faire silence” dit-il. Il suppose que les jeunes, qui ont de la musique en permanence dans les oreilles ont un système nerveux différent des personnes plus âgés. La musique était rare et précieuse au temps des vinyles. Elle avait davantage d’effet sur le corps.  “Une personne âgé qui vivrait, avec le quotidien qu’on a, en tomberait malade”. La musique est donc nécessaire… Comme l’amour !


            La science nous a montré que la musique que l’on aime et écoute, contribue à notre bien-être. Pour André Hirt, la musique c’est l’idéal qu’on cherche à atteindre. Et cette musique est mise en relation avec notre tristesse. Il va même plus loin ! La musique permettrait d’atteindre un dépassement de soi, une sorte de ravissement de la même manière que lorsque l’on tombe amoureux ou que l’on fait l’amour. “Une espèce d’extase intérieure” dit-il même. Si vous êtes triste ou perdu, prenez votre casque et allez à la rencontre de la musique !

 

 

Une éducation féministe, est-ce possible ? par Nicole Mosconi et Vanina Mozziconacci

L’accès des femmes au savoir : progrès ou reconfiguration de la société ? par Nicole Mosconi et Caroline Fayolle

Carlo Ossola. Ces “petites” vertus qui en appellent à notre humanité

Vivre entre les langues par Heinz Wismann

Retour vers 1938 par Michaël Foessel

La laïcité, une exception française ? par Philippe Raynaud

Biodiversité : vrais problèmes et idées fausses par Alain Pavé

Le rapport à l’image aux fondements de l’œuvre

De quoi le vide est-il plein? Par Etienne Klein

“La grande question de la philosophie moderne est de comprendre sa légitimité ”

Ces adolescents qui ont pris les armes en 1914 par Manon Pignot

Fiction et Vérité freudiennes ou l’histoire d’une psychanalyse en constante mutation

Interview de Philippe Descola : Dans la peau d'un anthropologue

Adèle Van Reeth : « La philosophie, une manière de se réconcilier avec notre finitude »

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Interview de Frédéric Worms après la leçon inaugurale : dire et faire.

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l'ère du numérique par Richard Mémèteau