MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Vivre entre les langues par Heinz Wismann

Vivre entre les langues par Heinz Wismann

Loin du châtiment divin de la tour de Babel, la diversité linguistique serait à vivre comme une grâce : la « pérégrination entre les langues » induit une réflexivité critique sur notre rapport au monde. La langue n’est pas une barrière, mais un miroir.  Alors comment une langue vit-elle ? Et comment vivre entre les langues ?

 

 

Parler, c’est universaliser son rapport au monde. Pour le philosophe et philologue Heinz Wismann, « l’universel n’existe pas, il existe seulement des tentatives d’universalisation ». C’est ainsi que la langue vit : par cette reformulation incessante du singulier désirant être compris par autrui. « On parle pour créer une espèce d’électricité qui permet à ceux qui sont trop tendus de se décharger et ceux qui ne le sont pas assez de se recharger. »

 

La vie des langues

 

Une langue, quelle qu’elle soit, fonctionne sur deux registres : le dénotatif, qui attribue un sens littéral et permanent au mot, et le connotatif, qui permet de dépasser l’univocité de la désignation. La langue peut désigner, dénoter, identifier quelque chose de façon monosémique, mais elle peut aussi ajouter une signification affective à ce qui est dit : c’est le vouloir-dire. En greffant une connotation, une « nuance métaphorique », à la dénotation, le sujet parlant fait vivre la langue. Son souci de communiquer à autrui un rapport au monde qui lui est propre enclenche le processus d’universalisation. Par exemple, dire de quelqu’un qu’il est « vache » mobilise le registre connotatif de la langue. Mais ce vouloir-dire n’est pas universel. Chaque langue a son histoire, son univers mental dans lequel les sujets puisent pour ajouter un sens connotatif aux mots. En effet, l’expression « être vache » ne correspond pas à l’imaginaire de la culture indienne…

 

« Mais la différence entre les langues n’est pas une perte d’universel, c’est une promesse d’universalisation », précise Heinz Wismann.

Les langues créent un rapport au réel spécifique, et la diversité de ces rapports nous permet de réfléchir – aller et revenir – et de corriger les évidences dont nous étions partis. Ce va-et-vient entre les langues met en lumière de « petits écarts linguistiques » et offre un potentiel de réflexivité critique au sujet parlant. Ainsi notre compréhension du monde n’est plus rivée à une certitude unique, et les langues peuvent mutuellement s’enrichir. Par exemple, dans ses « sonnets à Orphée », Rilke utilise l’expression Komm und geh – vient et va – qui provient du va-et-vient français.

 

Quand on se détache de soi pour apprendre une langue étrangère, on assimile un nouvel imaginaire linguistique. Ainsi la diversité des langues enrichit le vouloir-dire en élargissant le champ du connotatif. Selon Heinz Wismann, si l’on voyage entre les langues, « celles-ci sont capables de tout dire. Mais elles ne peuvent pas tout dénoter ».

 

Une éducation féministe, est-ce possible ? par Nicole Mosconi et Vanina Mozziconacci

L’accès des femmes au savoir : progrès ou reconfiguration de la société ? par Nicole Mosconi et Caroline Fayolle

Carlo Ossola. Ces “petites” vertus qui en appellent à notre humanité

Vivre entre les langues par Heinz Wismann

Retour vers 1938 par Michaël Foessel

La laïcité, une exception française ? par Philippe Raynaud

Biodiversité : vrais problèmes et idées fausses par Alain Pavé

Le rapport à l’image aux fondements de l’œuvre

De quoi le vide est-il plein? Par Etienne Klein

“La grande question de la philosophie moderne est de comprendre sa légitimité ”

Ces adolescents qui ont pris les armes en 1914 par Manon Pignot

Fiction et Vérité freudiennes ou l’histoire d’une psychanalyse en constante mutation

Interview de Philippe Descola : Dans la peau d'un anthropologue

Adèle Van Reeth : « La philosophie, une manière de se réconcilier avec notre finitude »

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Interview de Frédéric Worms après la leçon inaugurale : dire et faire.

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l'ère du numérique par Richard Mémèteau