MENU
Citéphilo - Hauts-de-France

En partenariat avec : la Région académique Hauts-de-France

Depuis plusieurs années, que ce soit dans le champ de la médecine, ou dans ceux de l’écologie ou du monde des entreprises, on a vu apparaître une nouvelle pratique philosophique : la philosophie de terrain. L’expression est douteuse : le terrain n’est-il pas le champ spécifique des sciences sociales et le sol du philosophe est-il le terrain du sociologue ? L’expression est racoleuse : n’est-elle pas une semi-habileté rhétorique disant que le philosophe a bien les pieds sur terre, contrairement à l’imagerie qui le représente le nez en l’air, prêt à chuter dans le moindre trou ? L’expression est insidieuse : n’est-elle pas la réactualisation du schème du « philosophe-roi », dans les liens forts entre intellectuels et pouvoir où le philosophe serait en mal d’influence à l’heure des influenceurs, comme si l’art de bien poser les problèmes se confondait avec l’art politique de les résoudre ? Mais l’expression est aussi joyeuse et stimulante : n’invite-t-elle pas à pluraliser les styles de pensée au service d’une présence attentive au monde qui vient pour davantage de lucidité et de liberté ?

En présence de

Jean-Philippe Pierron

professeur de philosophie morale et d'éthique appliquée à l'Université de Bourgogne, directeur de la chaire Valeur(s) du soin de l'Université Jean Moulin Lyon 3

Bibliographie :

Plus d'infos

Modérateur :

Sophie Djigo

professeure de philosophie en Lettres supérieures, philosophe de terrain et militante

Bibliographie :

Plus d'infos