MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

En partenariat avec : Science Po Lille

L’oeuvre philosophique d’Alain Badiou s’est nourrie de quelques traversées : l’existentialisme de Sartre, le structuralisme de Lévi-Strauss, le retour à Marx prescrit et théorisé par Althusser, puis la rencontre avec l’oeuvre de Freud et l’interprétation révolutionnaire qu’en donna Lacan. Après dix années de militantisme politique intense de 1968 à 1978, Alain Badiou publie Théorie du sujet (1982) qui confirme son ancrage premier sartrien , un Sartre qui aurait fait siennes les rigueurs platoniciennes du formalisme et de l’idée. Vient l’Être et l’événement (1988) et la tentative d’élaborer une théorie des vérités en posant leur dimension à la fois locale et universelle, et leur statut d’ exceptions aux lois particulières dont elles procèdent. Logique des mondes (2005) tente de répondre à la question de savoir comment les vérités peuvent apparaître et exister dans un monde particulier, en tant que formes existentielles de ce qui a valeur universelle. Nous voici, trente six ans plus tard, avec L’immanence des vérités. Alain Badiou en décrit ainsi le projet : « Après avoir étudié ce dont nous sommes capables en fait d’universalité »… "après avoir montré que cette universalité des vérités et de leurs sujets se plient aux règles de l’apparaître ou de l’existence, dans un monde particulier, il me restait à comprendre d’où peut se soutenir que les vérités sont absolues » inscrites dans des classes infinies , à l’opposé du relativisme de l’époque."

En présence de

Modérateur :

LW

Léon Wisznia

lecteur de philosophie, co-fondateur de Citéphilo

Jérôme Saint-Leger

professeur de philosophie au lycée Edgar Morin de Douai