MENU
Citéphilo - Hauts-de-France

Une certaine pratique de la philosophie « au sens large » peut-elle nous convaincre de la pertinence qu’il y a à cultiver notre goût pour la critique et ses conséquences, sous réserve de considérer que « le but final n’est rien, et le mouvement tout » ? Tel est le projet d’Étienne Balibar qu’un de ses élèves, Emmanuel Macron, décrivait ainsi : « C’est un philosophe d’une érudition étourdissante capable de déployer un concept dans toutes ses subtilités pendant trois heures pour, le cours d’après, passer la première heure à défaire ce qu’il avait fait lors de la séance précédente»...Un autre de ses élèves, Patrice Maniglier, qui a choisi de persévérer en philosophie, écrit à propos de celui qu’il considère comme le plus grand dialecticien vivant : « C’est un homme de justice...ou peut-être faut-il dire un modéré, dans le sens le plus élevé. Cette forme supérieure du courage qui consiste à tenir une position rendant justice à chacune des branches d’une contradiction vivante...»

    En présence de

    Etienne Balibar

    philosophe, professeur émérite de l’Université Paris Ouest-Nanterre

    Bibliographie :

    Plus d'infos

    Modérateur :

    LW

    Léon Wisznia

    lecteur de philosophie, co-fondateur de Citéphilo

    Plus d'infos

    MP

    Mickaël Perre

    professeur de philosophie au Lycée Pierre d’Ailly de Compiègne

    Plus d'infos