MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

En partenariat avec : la Médiathèque Jean Lévy

Depuis le début des années 80, et l’entrée dans le cycle néo-libéral, la situation du travail n’a cessé d’évoluer vers le pire, entre deux bords toujours présents : une dimension émancipatrice, d’initiative créatrice, donc de désobéissance potentielle et un lien à l’excès, au négatif, à la mort. Ce que constate le clinicien ce sont les phénomènes de suicides, passages à l’acte, burn-out ou dépressions . Cela tient à l’évolution de la production, de ses techniques, aux modalités d’un contrôle omniprésent et oppressant. Cela tient aussi aux métamorphoses de la domination qui fait reposer sur le travailleur atomisé l’échec ou la réussite d’une stricte obéissance à une supposée rationalité sans reste. C’est comme si le travail s’absentait de l’emploi à mesure que l’emploi se raréfiait. Comment se libérer du travail si ce n’est en le libérant ? Mais le libérer de quoi, de qui, et comment ?

En présence de

Modérateur :

LW

Léon Wisznia

lecteur de philosophie, co-fondateur de CitéPhilo