MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

« Nous n’avions pas ce genre de discussion il y a dix ans. Cela ne fait que quelques années que le tourisme peut être interrogé. » Invité à la médiathèque de La Madeleine samedi 9 novembre, Rodolphe Christin, docteur en sociologie spécialiste du tourisme, revient sur la réédition de son « Manuel de l’anti-tourisme » (Ed. Ecosociété), dans une masterclass animée par l’anthropologue Jacques Lemière. Publié en 2008, puis réédité en 2018, le livre dresse un portrait amer du tourisme de masse et de son impact, tant sur l’environnement que sur la manière de vivre des populations.

« Je suis un désenchanté de l’économie du tourisme. »

Habitant depuis toujours les alpes françaises – hier le massif de la Chartreuse, aujourd’hui la ville de Grenoble –, Rodolphe Christin est rapidement confronté à la question de « l’hypertourisme ». Il assiste ainsi, en personne, à la soudaine prise d’intérêt des voyageurs pour le Cirque de Saint-Même, un éco-système alpin jusqu’alors synonyme d’évasion dans l’esprit du sociologue. Inévitablement apparaissent les conflits d’usage, entre touristes et agriculteurs, ainsi que des problèmes de pollution et de fréquentation. Si la mairie de Saint Pierre d’Entremont a aujourd’hui pris en main l’aménagement du Cirque, Rodolphe Christin comprend dès lors que le tourisme pose de multiples questions, à une époque où il demeure encore consensuel et n’est quasiment pas débattu. Christin voyage, découvre les pays de l’est, et finit par présenter une thèse de doctorat sur « l’imaginaire du voyage ». Après avoir encadré ce qu’il qualifie aujourd’hui, non sans sarcasme, de « voyages d’aventure » dans le Sahara libyen, il plaisante sur sa personne : « Je crois que vous l’aurez remarqué, je suis un désenchanté de l’économie du tourisme ».

« Je plaide pour une décroissance touristique, un désaménagement du monde. »

Selon Christin c’est la révolution industrielle, et avec elle l’amélioration des moyens de transport, qui commence de transformer le voyageur en touriste. Ce sera ensuite aux années 30, qui permettent au travailleur de prendre des vacances, d’achever le développement le secteur. Le tourisme se présente alors encore comme une recherche de diversité, d’ouverture sur le monde, que les intérêts économiques ne tarderont pas à chambouler. Au point qu’aujourd’hui, Rodolphe Christin pose une question : la recherche du divertissement n’a-t-elle pas dépassé celle de la diversité ? Il est en tous cas formel : les retombées économiques liées au tourisme profitent à un petit nombre, ceux qui sont en mesure d’investir et de disposer de capitaux. Nombreux sont les travailleurs précaires au sein du secteur, qu’ils soient saisonniers ou mal payés. Le tourisme ne bénéficie d’ailleurs pas à tous, et chacun ne peut en profiter puisque les départs en vacances restent l’apanage des pays développés.

Sans oublier que pour Christin, la question environnementale a aussi son importance. Considérant le secteur touristique comme représentatif de ce qu’est l’anthropocène (une nouvelle ère géologique suscitée par l’Homme), il déclare plaider pour une « décroissance touristique, un ‘désaménagement’ du monde ».

« Il y a une esthétique dans le fait d’aller loin, alors même que ça n’est pas nécessaire pour vivre des choses remarquables, qui peut être remise en question. »

Une éducation féministe, est-ce possible ? par Nicole Mosconi et Vanina Mozziconacci

L’accès des femmes au savoir : progrès ou reconfiguration de la société ? par Nicole Mosconi et Caroline Fayolle

Carlo Ossola. Ces “petites” vertus qui en appellent à notre humanité

Vivre entre les langues par Heinz Wismann

Retour vers 1938 par Michaël Foessel

La laïcité, une exception française ? par Philippe Raynaud

Biodiversité : vrais problèmes et idées fausses par Alain Pavé

Le rapport à l’image aux fondements de l’œuvre

De quoi le vide est-il plein? Par Etienne Klein

“La grande question de la philosophie moderne est de comprendre sa légitimité ”

Ces adolescents qui ont pris les armes en 1914 par Manon Pignot

Fiction et Vérité freudiennes ou l’histoire d’une psychanalyse en constante mutation

Interview de Philippe Descola : Dans la peau d'un anthropologue

Adèle Van Reeth : « La philosophie, une manière de se réconcilier avec notre finitude »

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Interview de Frédéric Worms après la leçon inaugurale : dire et faire.

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l'ère du numérique par Richard Mémèteau