MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Carlo Ossola. Ces “petites” vertus qui en appellent à notre humanité

Carlo Ossola. Ces “petites” vertus qui en appellent à notre humanité

 

Elles ne font ni ne défont des empires, mais imprègnent notre quotidien de la plus belle des discrétion… Dans son dernier ouvrage Les vertus communes, l’historien, spécialiste de la littérature italienne Carlo Ossola, revient sur douze vertus imperceptibles du quotidien, qu’il nous faut plus que jamais exercer.

 

            « Les vertus communes ».  A première vue, l’association paraît contradictoire, et pourtant. Dans son dernier ouvrage, Carlo Ossola revient sur douze vertus du quotidien, que les injonctions au spectaculaire et à l’utilitarisme dans nos vies modernes, ont progressivement éclipsé.

 

La bonhommie, la franchise, la mesure ou encore la gratitude… Si le philologue qualifie ces vertus de « communes », c’est qu’elles sont ordinaires, mais aussi et surtout, parce que ce sont elles qui permettent de créer une communauté. Comme l’explique Ossola, « il n’y a pas de consortium -entendre, une communauté de personnes- sans des actes préalables de confiance ». Parce qu’elles n’attendent rien en retour que leur simple expression, ces vertus rendent donc les rapports, dans notre vie commune, profondément humains.

 

Dans son étude, Ossola convoque les auteurs qui, avant lui, ont célébré l’attitude pleine d’égards qui découle de ces petites vertus : Theodor Adorno, et son ouvrage « Minima Moralia »[2], ou encore Natalia Ginzburg, et son traité des « Petites Vertus »[3], sont ainsi mis à l’honneur par l’écrivain qui s’en inspire, afin d’éclairer le sujet d’une lumière nouvelle.

 

Pour Ossola donc, des vertus comme l’affabilité, la placidité ou encore la constance, qu’on ne saurait correctement définir, sont la clé d’une vie heureuse. Présenté sous la forme d’un petit catalogue des vertus du quotidien, « Les vertus communes » ne doit cependant pas être confondu avec un ouvrage de développement personnel. Derrière ces vertus réhabilitées par Carlo Ossola, se dessine en réalité la communauté humaine idéale, où chacun s’applique « quotidiennement et collectivement, à être humains ».

 

Alors oui, ces vertus ne feront pas de nous des héros. Mais dans un monde où la compétition a transformé la vie en un acte de guerre permanent, leur stabilité doit nous rassurer. Ultimement, ce sont elles qui garantissent notre liberté et celle des autres.

 

Plus que jamais donc, Carlo Ossola nous invite à apprécier ces vertus discrètes du quotidien, et les infinies modalités de la bonne action qui en découlent. Tout en n’oubliant jamais que « le négatif a ses propres moyens pour s’imposer, il faut en faire de même avec le positif ».

 

 

1.     « Les Vertus communes », de Carlo Ossola, traduit de l’italien par Lucien d’Azay, Les Belles Lettres, 102 p., 11 €

2. « Minima Moralia », de Theodor Adorno, Payot et rivages, 368 p.

3. « Les petites vertus », de Natalia Ginzburg, Flammarion, 224 p.

 


Une éducation féministe, est-ce possible ? par Nicole Mosconi et Vanina Mozziconacci

L’accès des femmes au savoir : progrès ou reconfiguration de la société ? par Nicole Mosconi et Caroline Fayolle

Carlo Ossola. Ces “petites” vertus qui en appellent à notre humanité

Vivre entre les langues par Heinz Wismann

Retour vers 1938 par Michaël Foessel

La laïcité, une exception française ? par Philippe Raynaud

Biodiversité : vrais problèmes et idées fausses par Alain Pavé

Le rapport à l’image aux fondements de l’œuvre

De quoi le vide est-il plein? Par Etienne Klein

“La grande question de la philosophie moderne est de comprendre sa légitimité ”

Ces adolescents qui ont pris les armes en 1914 par Manon Pignot

Fiction et Vérité freudiennes ou l’histoire d’une psychanalyse en constante mutation

Interview de Philippe Descola : Dans la peau d'un anthropologue

Adèle Van Reeth : « La philosophie, une manière de se réconcilier avec notre finitude »

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Interview de Frédéric Worms après la leçon inaugurale : dire et faire.

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l'ère du numérique par Richard Mémèteau